Tuesday, 19 September 2017

More so than the brightest dreams of poetry


The transparent haze which rests upon the mountain-top at noon,—the calmness in the air, and the clearness of the sky, now have a most mysterious influence upon the heart. The "still small voice" of nature makes us thoughtful; and seems to invite us to think upon the swiftness with which our days are passing away. How often at such an hour, have I been startled by the beating of my own heart! And the sunsets of Autumn,—are they not gorgeous beyond description? more so than the brightest dreams of poetry? ~Charles Lanman, "The Dying Year," 1840

Monday, 18 September 2017

A constellations of apples


The bees will buzz you a welcome from the hives at the end, and then the trees will stoop down about you, and you can look up into a green sky set with constellations of apples. ~Margaret Troili, “Woods of Mendocino,” Out West: A Magazine of the Old Pacific and the New, June 1908

Friday, 25 August 2017

Rites de passage

Les artistes sont des passeurs de magie. Évoquant des symboles et des motifs qui nous relient à notre moi profond, ils peuvent nous aider le long du parcours héroïque de nos propres vies. [...] L'artiste est destiné à placer les objets de ce monde dans une perspective telle qu'à travers eux l'on fera l'expérience de cette lumière, de ce rayonnement qui sont ceux de notre conscience et qui à la fois cachent toutes choses mais les révèlent lorsqu'elles sont regardées sous le bon angle. Le voyage du héros est l'un de ces schémas universels à travers lesquels ce rayonnement éclate. Ce que je pense, c'est qu'une bonne vie est une succession de voyages héroïques. Maintes et maintes fois, vous êtes appelé à l'aventure, vers de nouveaux horizons. Chaque fois se pose la même question : vais-je oser ? Et si vous osez, arrivent les dangers, mais l'aide aussi, et enfin le triomphe ou l'échec. L'échec est toujours possible. Mais il y a aussi la possibilité du bonheur. ❞

~ Joseph Campbell, Pathways to Bliss: Mythology and Personal Transformation, édité par David Kudler, Novato (Californie), New World Library, 2004.


Cet été qui s'achève a vu passer la graduation de mon fils. Un passage important, l'ouverture sur le monde adulte et lentement la mise aux souvenirs de l'enfance et de l'adolescence. Tous les rêves sont permis. Le tout possible et le grand appétit de conquérir l'univers anime les jeunes coeurs et leurs esprits. 

Alors que le futur s'offre, neuf et frais, à cette belle jeunesse, ce passage m'inspire une réflexion sur le sens des jours. Un regard sur mon hier et le grand chemin parcouru déjà. Je me souviens que ma grand-mère me disait qu'après 20 ans, le temps file tellement vite. Et c'était si vrai. 

Juin fut un mois de grisaille dans les bois, le paysage luisant sous une pluie tiède, éclaboussé parfois de brefs et d'audacieux rayons de soleil. Puis juillet a suivi ce même schéma. Ces jours grisaille me portent toujours aux voyages intérieurs. Enfin, cette fin août a des couleurs d'automne. J'ai remis les draps douillets pour les nuits fraîches et les jours plus courts prêtent aux voyages intérieurs eux aussi.

Raconter des bouts de vie quand on crée, c'est aussi une invitation au voyage. Il y a pour illustrer, issus du processus créatif, les images, les sculptures, les photographies, les poésies, la prose. Les créations. L'histoire qui entoure éclabousse l'art d'ombre et de lumière. L'artiste n'est pas son art mais ce dernier, issu de lui, est une part de lui. 

Les jours qui sont passés, pour moi, jusqu'à cette presqu'aube de la cinquantaine, ont baigné dans les déchirements constants: l'éternelle petite boîte sociale faite aux mesures de chacun et dans laquelle, idéalement, il doit se conformer. Pour moi, cette petite boîte a toujours eu la forme d'un cercueil joliment satiné et enrubanné. Déjà, dans une enfance difficile pour la petite fille que j'étais, l'art m'a sauvée. Toute petite, ce fut l'art des autres. Les beaux livres offerts par mon oncle, les peintures des bouquins de la bibliothèque de ma mère. La musique classique et le jazz dans lesquels baignait la maison de mon enfance. Je me suis immergée dans ce monde merveilleux et comme Alice dans le terrier, mon art, par magie, a grandi. Mon imagination s'est élargie. 

Être sensible, immensément, se sentir éternellement en marge du grand nombre qui marche d'un seul pas n'est pas aisé. Il faut une grande force pour embarquer dans ce défilé et réussir à y demeurer. 

J'avais tant besoin d'accomplir quelque chose qui ait un sens à mes yeux. J'ai toujours eu l'intime conviction que je devais au cours de cette vie, apporter une part de beauté dans le monde dur qui est le nôtre. Le refus d'accepter ce côté obscur a teinté chacune de mes expériences humaines. Pour moi qui créé avec la lumière, je sais cependant que l'ombre aussi est essentielle.

Se faire confiance, ce n'est pas ne plus douter mais pouvoir dépasser cet état et nourrir son envolée. Être fier de soi, de ce que l'on accompli est essentiel. Peu importe que ce soit de l'art, des sciences ou du commerce. Se tenir debout et contribuer, à sa façon, à faire de notre parcelle d'univers un endroit précieux et serein.  C'est là que résident toutes les nuances de ce qu'on nomme honneur.  Et c'est ainsi qu'on devient passeur de magie.                             




Monday, 21 August 2017

The Sun and the Moon diary



The sky is that beautiful old parchment in which the sun and the moon keep their diary. ~Alfred Kreymborg

Solar Eclipse 2017

I thank you God for this most amazing day, for the leaping greenly spirits of trees, and for the blue dream of sky and for everything which is natural, which is infinite, which is yes. ~e.e. cummings

Sunday, 20 August 2017

A sensation of sacred repose


Now we enter the ancient wood. In what wild forms the gnarled and mossy boughs are twisted, what a sensation of sacred repose. ~Henry James Slack (1818–1896), The Ministry of the Beautiful, "Conversation III: The Oak-wood," 1850

Thursday, 10 August 2017

The light of memory


"The light of memory, or rather the light that memory lends to things, is the palest light of all. I am not quite sure whether I am dreaming or remembering, whether I have lived my life or dreamed it. Just as dreams do, memory makes me profoundly aware of the unreality, the evanescence of the world, a fleeting image in the moving water.''

~ Eugène Ionesco

Wednesday, 12 July 2017

L'heure d'or dans les bois de fin de jour


Rêvons, c’est l’heure.
Un vaste et tendre
apaisement
semble descendre
du firmament
que l’astre irise.
C’est l’heure exquise!

~ Paul Verlaine

Thursday, 6 July 2017

When the small mornings open with bird song



How can you not love
this compromised world
when the lilies and foxglove
lift their faces to heaven?

When the small mornings
open with bird song
and the gentle rill
of rain over the rocks.

The wolves and their kin
sing out to the moon.
Great horned Owl
that silent shadow, flies over.

And the stars, small migrants
that cross our boundaries
every night, seem content.
How can you not love?

~ Jane Yolen

Monday, 3 July 2017

After the rain


See what delights in sylvan scenes appear...
~ Alexander Pope, Summer


Thursday, 8 June 2017

Each Edge of the Field


Beresford Hammond CD Each Edge of the Field on Charlie's Bandcamp

Tuesday, 6 June 2017

The Age of Innocence

Lilies-of-the-valley symbolize purity, modesty, and return of happiness.

~Edith Wharton,The Age of Innocence


Spring was late this year in the forest. Nature slept late under the white radiance of Winter. There was a slow pace that prevaded through the begining of that year. making the inner journey seem deeper and darker at times. Yesterday, little lilies of the valley  were standing amiably on the side of the road, welcoming light. 


“The Lily of the valley, breathing in the humble grass
Answer'd the lovely maid and said: "I am a watry weed,
And I am very small, and love to dwell in lowly vales;
So weak, the gilded butterfly scarce perches on my head;
Yet I am visited from heaven, and he that smiles on all
Walks in the valley and each morn over me spreads his hand,
Saying: 'Rejoice, thou humble grass, thou new-born lily flower,” 
~ William Blake, The Book of Thel, and the Marriage of Heaven and Hell


Monday, 5 June 2017

To be hopeful

"To be hopeful in bad times is not just foolishly romantic. It is based on the fact that human history is a history not only of cruelty, but also of compassion, sacrifice, courage, kindness. What we choose to emphasize in this complex history will determine our lives. 

If we see only the worst, it destroys our capacity to do something, If we remember those times and places -- and there are so many -- where people have behaved magnificently, this gives us the energy to act, and at least the possibility of sending this spinning top of a world in a different direction. And if we do act, in however a small way, we don't have to wait for some grand utopian future. The future is an infinite succession of presents, and to live now as we think human beings should live, in defiance of all that is bad around us, is itself a marvelous victory."

~ Howard Zinn


Saturday, 3 June 2017

Day dream


“The Owl and the Pussy-cat went to sea
In a beautiful pea green boat...”
~ Edward Lear